Merci à tous et rendez-vous à la 30ème édition

Compétition

12 films récents et inédits à Bastia seront en compétition officielle

Panorama

6 longs-métrages hors-compétition et 3 films ciné-jeunesse, vous avez le choix !

23

Films

5

membres du jury

LES FILMS

Les 12 films en compétition cette année

plus

La ragazza del mondo

Marco Danieli

plus

Gli ultimi saranno ultimi

Massimiliano Bruno

plus

Piuma

Roan Johnson

plus

Loro chi ?

Francesco Miccichè, Fabio Bonifacci

plus

La macchinazione

David Grieco

plus

La pelle dell’orso

Marco Segato

plus

L’abbiamo fatta grossa

Carlo Verdone

plus

Veloce come il vento

Matteo Rovere

plus

La prima luce

Vincenzo Marra

plus

Un bacio

Ivan Cotroneo

plus

Le confessioni

Roberto Andò

plus

Fiore

Claudio Govannesi

PANORAMA

Ensemble des films dans les catégories hors-compétition

Films Hors-Compétition

La felicità è un sistema complesso

de Gianni Zanasi

Scénario : Gianni Zanasi, Michele Pellegrini, Lorenzo Favella
Image : Vladan Radovic
Montage : Rita Rognoni
Musique : Niccolò Contessa
Interprétation : Valerio Mastandrea, Hadas Yaron, Giuseppe Battiston, Filippo De Carli, Camilla Martini, Maurizio Donadoni, Teco Celio, Daniele De Angelis, Maurizio Lastrico, Paolo Briguglia, Domenico Diele
Producteur : Rita Rognini, Beppe Caschetto
Production : Pupkin Production, IBC Movie, Rai Cinema
Année : 2015
Durée : 1h57

Enrico (Valerio Mastandrea) exerce un métier hors du commun : dans le milieu des affaires, il se lie d’amitié avec des chefs d’entreprise incompétents et dépassés par les problèmes économiques. Il gagne leur confiance pour les convaincre de vendre leur entreprise en déclin au profit de ses patrons, la famille Bernini. Enrico est le seul à exercer ce métier, et il n’échoue jamais.

On fait donc appel à ses services le jour où les époux Lievi décèdent dans un tragique accident de voiture et laissent à leurs deux enfants la charge de leur grande entreprise. Filippo a 18 ans et Camilla 13 (Filippo De Carli, Camilla Martini). Le jeune âge de ces nouveaux « clients » devrait être un avantage pour la réussite de cette affaire. Mais au contraire les circonstances et l’arrivée inattendue d’Achrinoam (Hadas Yaron), la petite amie de son frère Nicola (Daniele De Angelis) amènent Enrico à douter du bien-fondé de son activité.

Lea

de Marco Tullio Giordana

Scénario : Marco Tullio Giordana, Monica Zappelli
Image : Roberto Forza
Montage : Francesca Calvelli
Musique : Franco Piersanti
Interprétation : Vanessa Scalera, Linda Caridi, Alessio Praticò, Mauro Conte, Antonio Pennarella, Diego Ribon, Matilde Piana, Bruno Torrisi, Roberta Caronia, Annalisa Insardà, Stefano Scandaletti, Andrea Lucente
Producteur : Francesca Ventura, Angelo Barbagallo
Production : Bi.Bi Film, Rai Fiction
Année : 2016
Durée : 1h35

Lea est inspiré de la véritable histoire de Lea Garofalo qui a passé sa vie à fuir la ‘Ndrangheta (la mafia calabraise) et à obtenir justice pour ses méfaits. Lea (Vanessa Scalera) naît et grandit en Calabre au sein d’une famille mafieuse. Elle tombe amoureuse de Carlo (Alessio Praticó), fortement impliqué dans les affaires de la ‘Ndrangheta. Ensemble ils ont une fille, Denise, que Lea tente d’éloigner du cercle mafieux dans lequel elle voit le jour. Elle décide donc de témoigner contre son compagnon et toutes deux entrent dans le programme national de protection des témoins. C’est le début d’une fuite perpétuelle pour leur survie, entre déménagements et changements d’identité, alors qu’elles sont traquées par Carlo et ses hommes de main. Ces derniers profitent d’une suspension du dispositif de protection pour organiser la disparition de Lea en affirmant qu’elle s’est enfuie. Mais Denise (Linda Caridi) n’est pas dupe de cette mise en scène : elle poursuit la lutte engagée par sa mère jusqu’au jugement et à l’incarcération de son père Carlo et de ses collaborateurs.

Assolo

de Laura Morante

Scénario : Laura Morante, Daniele Costantini
Image : Fabio Zamarion
Montage : Esmeralda Calabria
Musique : Nicola Piovani
Interprétation : Laura Morante, Piera Degli Esposti, Francesco Pannofino, Donatella Finocchiaro, Marco Giallini, Angela Finocchiaro
Producteur : Luigi Musini, Olivia Musini
Production : Microundici, avec la contribution du MiBACT
Année : 2016
Durée : 1h37

Flavia (Laura Morante) a franchi le seuil délicat de la cinquantaine. Son éternel manque d’assurance est le fruit de l’héritage encombrant légué par son premier demi-siècle de vie : deux enfants et deux ex-maris, qu’elle fréquente toujours ainsi que leurs nouvelles épouses en qui Flavia voit des modèles hors d’atteinte. Dans le vide sentimental qui l’entoure, ses amies ne lui sont d’aucun secours. Quant aux rares rencontres amoureuses, ce sont autant d’échecs qui ne font qu’augmenter son sentiment d’angoisse. Au gré de situations souvent cocasses et soutenue par l’affection inconditionnelle que lui voue la petite chienne de ses voisins de palier, Flavia tente de reconstruire son estime de soi. Aiguillée par les conseils judicieux d’une psychothérapeute âgée (Piera Degli Esposti), Flavia est déterminée à décrocher le permis de conduire qui lui échappe depuis toujours.

Tommaso

de Kim Rossi Stuart

Scénario : Kim Rossi Stuart, Federico Starnone
Image : Gian Filippo Corticelli
Montage : Marco Spoletini
Musique : Ratchev & Carratello
Interprétation : Kim Rossi Stuart, Cristiana Capotondi, Camilla Diana, Jasmine Trinca, Dagmar Lassander, Serra Ylmaz, Edoardo Pesce, Renato Scarpa, Melissa Bartolini, Alessandro Genovesi, Gabriella Infelise, Giovanna Monaci, Valentina Reggio
Producteur : Carlo Degli Esposti, Massimo Vigliar
Production : Palomar, Rai Cinema, avec la contribution du MiBACT et le soutien de Regione Lazio
Année : 2016
Durée : 1h37

Tommaso (Kim Rossi Stuart) est un jeune comédien, beau et séduisant. Il vit une relation houleuse avec Chiara (Jasmine Trinca) qu’il pousse à la séparation. Sa liberté retrouvée lui pèse et il renoue avec Federica (Cristiana Capotondi). Mais Federica est en quête d’une stabilité que Tommaso ne peut lui assurer. Nouvel échec. Tommaso est obsédé par toutes les femmes qu’il voit autour de lui sans être capable de dépasser le stade du fantasme. En fait il traîne depuis son enfance toute une série de petits traumatismes que son psy n’arrive pas vraiment à soigner. Retiré dans sa maison de campagne au mépris d’engagements pris pour un tournage, il rencontre Sonia (Camilla Diana), une jeune femme libre et légère, qui le déstabilise et le met constamment face à ses incertitudes.

La pazza gioia

de Paolo Virzì

Scénario : Francesca Archibugi, Paolo Virzì
Image : Vladan Radovic
Montage : Cecilia Zanuso
Musique : Carlo Virzì Interprétation : Valeria Bruni Tedeschi, Micaela Ramazzotti, Valentina Carnelutti, Tommaso Ragno, Bob Messini
Producteur : Marco Belardi
Production : Lotus Production, Rai Cinema, Manny Film, avec la contribution du MiBACT
Année : 2016
Durée : 1h58

Considérées comme socialement dangereuses, Beatrice (Valeria Bruni Tedeschi) et Donatella (Micaela Ramazzotti) sont deux femmes que la vie a brisées. La première est une bavarde excessive soi-disant comtesse, la seconde fragile et introvertie porte un douloureux secret. Un après-midi, un peu par hasard, elles fuguent de leur centre de soins pour femmes présentant des troubles psychiatriques. Elles se retrouvent livrées à elles-mêmes dans le monde des gens « normaux ». Commence alors une longue virée euphorique et touchante où ces deux femmes diamétralement opposées se lient d’amitié et décident de profiter pleinement du bonheur qui s’offre à elles.

Vinodentro

de Ferdinando Vicentini Orgnani

Scénario : Ferdinando Vicentini Orgnani, Heidrun Schleef, d’après le roman Vino dentro de Fabio Marcotto
Image : Dante Spinotti
Montage : Alessandro Heffler
Musique : Paolo Fresu
Interprétation : Vincenzo Amato, Giovanna Mezzogiorno, Lambert Wilson, Pietro Sermonti, Daniela Virgilio, Erika Blanc, Gioele Dix
Producteur : Sandro Frezza, Rosanna Seregni, Evelina Manna
Production : Alba Produzioni, Moodyproduction
Année : 2014
Durée : 1h32

Tommaso Sanfelice (Pietro Sermonti) est un commissaire tranquille qui attend sa mutation à Rome depuis quelque temps maintenant. Un soir, il est appelé pour une sale histoire : Le charismatique et mystérieux Giovanni Cuttin (Vincenzo Amato) – un spécialiste en œnologie renommé – est arrêté pour le meurtre d’Adele (Giovanna Mezzogiorno), sa femme. S’en suit un interrogatoire au cours duquel Giovanni raconte son histoire, celle d’un petit employé de banque malmené qui s’est finalement découvert une passion sans limites pour le vin et ses délices. L’enquête de Tommaso n’est pas des plus simples : entre délectations poétiques autour de ce nectar et rencontres mystérieuses avec celui que tout le monde nomme le « Professore » (Lambert Wilson), Giovanni tente de prouver son innocence.

Ciné Jeunesse

Lo chiamavano Jeeg Robot

de Gabriele Mainetti

Scénario : Nicola Guaglianone, Menotti
Image : Michele D’Attanasio
Montage : Andrea Maguolo
Musique : Gabriele Mainetti, Michele Braga
Interprétation : Claudio Santamaria, Luca Marinelli, Illenia Pastorelli, Antonia Truppo, Stefano Ambrogi, Maurizio Tesei, Francesco Formichetti, Daniele Trombetti, Gianluca Di Gennaro, Salvo Esposito
Producteur : Gabriele Mainetti
Production : Goon Films, Rai Cinema, avec la contribution du MiBACT et le soutien de Regione Lazio
Année : 2016
Durée : 1h58

À Tor Bella Monaca, un quartier périphérique de Rome, Enzo (Claudio Santamaria) n’est personne. Il vit de petits larcins pour subvenir à ses besoins : consommer de façon excessive des flans à la vanille et visionner des films pornos. Tout bascule le jour où il plonge dans le Tibre pour échapper aux policiers qui le poursuivent pour le vol d’une montre. Accidentellement il plonge dans un baril radioactif et en ressort presque mort recouvert d’une substance inconnue. Ce n’est qu’au petit matin qu’il se réveille doté d’une force surhumaine. Mais alors, que faire d’une telle force lorsque l’on est un délinquant ? Peut-on devenir un super-héros ? C’est ce que croit Alessia (Illenia Pastorelli), une jeune femme fragile psychologiquement qui fait une fixation sur la série télévisée du manga Jeeg Robot d’acier jusqu’au point de penser que ce super-héros existe vraiment à travers Enzo.

Pinocchio

de Enzo D’Alò

Scénario : Enzo D’Alò, Umberto Marino, d’après le roman de Carlo Collodi, dessins de Lorenzo Mattotti
Musique : Lucio Dalla
Producteur : Antonia Luisa Muccardo, Roebben Anton, Malika Brahmi, Eric Goesens, Nicolas Steil
Production : Cometafilm, Rai Cinema, avec la contribution du MiBAC, Iris
Production, Walking the dog, 2d3D Animations, avec le soutien de Rai Fiction
Année : 2012
Durée : 1h15

Est-il bien nécessaire de présenter encore l’histoire de la marionnette au long nez ? Il a fallu plus de dix ans à Enzo D’Alò pour produire son Pinocchio. Après diverses moutures du scénario, le personnage de Collodi a finalement pris forme grâce aux crayons de Lorenzo Mattotti. Dans son style original et raffiné, il mêle les beaux-arts et la culture populaire. C’est Lucio Dalla qui a signé la musique originale. Cette musique a été sa dernière composition avant sa disparition.

Opopomoz

de Enzo D’Alò

Scénario : Enzo D’Alò, Furio Scarpelli, Giacomo Scarpelli
Montage : Simona Paggi
Musique : Pino Daniele
Producteur : Vittorio Cecchi Gori, Roberto Cicutto, Luigi Musini
Production : Cecchi Gori Group Tiger Cinematografica, Albachiara, RAI Cinema, DEA Planeta
Année : 2003
Durée : 1h30

A Naples, à la veille de Noël, Peppino et son fils Rocco s’affairent pour la préparation de la traditionnelle crèche sous les yeux bienveillants de maman Mariù. La petite famille attend un bébé pour le 25 décembre. Rocco est persuadé que le nouveau-né lui volera l’amour de ses parents. Entre-temps, trois petits diables sont envoyés sur Terre pour accomplir une mission diabolique : convaincre un être humain d’empêcher la naissance de l’enfant Jésus…

Hommage à Alberto Sordi

Il boom

de Vittorio De Sica

Scénario : Cesare Zavattini
Image : Arniando Nannuzzi
Montage : Alessandro Heffler
Musique : Piero Piccioni
Interprétation : Alberto Sordi, Gianna Maria Canale, Elena Nicolai, Silvio Battistini, EttoreGeri, Mariolina Bovo, Antonio Mambretti
Producteur : Dino De Laurentis
Année : 1963
Durée : 1h30

Giovanni Alberti désireux de gagner plus d’argent et de mener une vie plus luxueuse, abandonne son emploi de fonctionnaire, épouse Silvia, la fille d’un général, qui comprend mal ses problèmes, et se lance dans les affaires. Il songe un instant au suicide, mais le courage lui manque. Par hasard, il apprend qu’un industriel très fortuné ayant perdu un oeil dans un accident, est disposé à offrir une énorme somme à celui qui lui donnera le sien. Voyant là un moyen pour ne pas renoncer à son standing, Giovanni décide de participer à cette cruelle entreprise. Il reçoit une grosse avance en vue de l’opération, offre de riches cadeaux à sa femme et organise pour ses amis une somptueuse réception pour fêter publiquement son retour dans le monde des affaires. Mais au moment de subir l’opération, il tente de toutes ses forces de s’y soustraire et s’enfuit, terrorisé, de la clinique. Il se laissera finalement convaincre par la femme du riche industriel d’accepter la fructueuse transaction.

Il vigile

de Luigi Zampa

Scénario : Rodolfo Sonego, Ugo Guerra, Luigi Zampa
Image : Leonida Barboni
Montage : Otello Colangeli
Musique : Piero Umiliani
Interprétation : Alberto Sordi, Mara Berni, Nando Bruno, Vittorio De Sica, Ricardo Garrone, Sylva Koscina, Marisa Merlini, Carlo Pisacane, Mario Riva, Lia Zoppelli, Franco Di Trocchio, Mario Scaccia, Nerio Bernardi,Vincenzo Talarico
Producteur : Guido Giambartolomeo pour Royal Film Copie privée
Année : 1960
Durée : 1h40

Otello Colletti est chômeur. Pistonné, il obtient un emploi dans la police municipale. Otello parade dans son bel uniforme et ne met pas beaucoup de cœur à l’ouvrage. Il se fait rappeler à l’ordre : il faut qu’il se mette au travail et qu’il verbalise. Alors il change de méthode et devient extrêmement pointilleux. Tout devient objet de procès-verbal sans se soucier de la personnalité du contrevenant. Certains se considèrent au-dessus des lois et n’acceptent pas sa façon de faire. Un jour Otello dépasse les bornes : il arrête le maire qui lui fait passer un mauvais quart d’heure.

PROGRAMME

Grille des projections de la semaine

Conférences

Pendant le Festival, retrouvez les conférences organisées par la Dante Alighieri

Samedi 4 Février

« Louis XIV, Napoléon et la Rome antique: un enjeu politique ! »

A partir de 16h30 – Salle des Congrès du Théâtre

Par Jean-Marc OLIVESI, Directeur du Musée de la Maison Bonaparte à Ajaccio.

Samedi 11 février

 « De Titien à Caravage, l’allégorie réelle »

A partir de 16h30 dans la salle des Congrès du Théâtre

Par Alain TAPIÉ Docteur en Histoire de l’Art

Le Jury 2017 et l'équipe du Festival

Retrouvez toute l'équipe du Festival et les membres du Jury de cette 29e édition

L'équipe du Festival

Président : René VIALE 

Programmateur : Jean-Baptiste CROCE

Relations avec l’Italie : Lidia Morfino-Murati

Trésorier : François Pinna

Animation : Oreste Sacchelli et Jean-Claude Mirabella

Relations avec les scolaires : Charly Franceschi

Relations avec la presse : Gisèle Casabianca

Créateur de l’affiche 2017 : Pierre Battesti

Créateur des trophées : Gabriel Diana

Décoration du théâtre : Milou Tomasi

Secrétariat : Annie Colombani, Alexandra Belmonte et Fiamma Baldari

Projectionnistes : Franck Le Bouyonnec, Didier Lenoir, Christophe Da-Prato et Jean-Pascal Giordano

Avec la collaboration de : Simone Angeloni, Colette Belair, Alain Bertolotto, Marie-Jo Biancarelli, Eliane Brun, Solange Cardi, Jocelyne Clergé, Laura Drouet, Annie Zuccarelli, Philippe Giovacchini, Paule Girolami, Lizie Grenier, Michel Motroni, Marie-Pierre Motroni, Jean Orsini, Sandra Prodie, Francesca Paoli, Aurélie Renaudin, Michèle De Bernardi, Lina Battesti, Adèle Figarella, Georgeta Smeu, Lucie Vallecalle, Jean-Luc Brun, Gérard Colombani.

Infos pratiques

Prix des places et de la formule d'abonnement
Hôtels et restaurants

Ostella

A quelques minutes du centre ville, il domine l'espace environnant et offre une vue panoramique du nord au sud de la région Bastiaise.

Votre hôtel à Bastia

Adresse

Av. Sampiero Corso - Sortie sud Bastia
20600 Bastia - Tel : 04 95 30 97 70
Mail : hotelspa.ostella@orange.fr

+ d'information

Hôtels & restaurants

Les meilleures adresses de Bastia pour profiter de votre Festival

Partenariat

La réussite de ce Festival est conditionné par la présence et le soutien de partenaires publics et privés

Retrospective

Retour sur 27 éditions du Festival du Cinéma Italien de Bastia

Prix du jury : alaska de Claudio Cupellini

Prix du public : Se dio vuole d’Eduardo Falcone

Prix du jury jeune :

Prix du jury : Anime Nere de Francesco Munzi

Prix du public : Come il Vento de Marco Puccioni

Prix du jury jeune : La Mafia Uccide Solo d’Estate de Pierfrancesco Diliberto

Prix du jury jeune ex aequo : Magnifica presenza de Ferzan Ozpetek et Cosimo e Nicole de Francesco Amato

Prix spécial du Jury :Cosimo e Nicole de Francesco Amat

Prix du public : La prima Neve d’Andrea Segre

Prix d’interprétation : Riccardo Scamarcio et Clara Ponsot pour Cosimo e Nicole

Grand Prix du jury : Bellas Mariposas de Salvatore MEREU

Prix du jury jeune : Gli equilibristi d’Ivano De Matteo

Mention spéciale jury jeune : Cavalli de Michele Rho

Prix du public : Gli equilibristi d’Ivano De Matteo

Prix de l’interprétation masculine : Valerio Mastandrea pour Padroni di Casa, Il comandante e la cicogna et Gli equilibristi

Grand Prix du jury : Diaz de Daniele Vicari

Prix spécial du jury : Il rosso e il blu de Giuseppe Piccioni

Prix du jury jeune : Tatanka de Giuseppe Gagliardi

Prix du public : Immaturi de Paolo Genovese

Prix de l’interprétation masculine : Toni Servillo pour Una vita tranquilla

Grand Prix du jury : Tatanka de Giuseppe Gagliardi

Prix spécial du jury : Terraferma d’Emanuele Crialese

Prix du jury jeune : 18 Anni Dopo d’Edoardo Leo

Prix du public : 18 Anni Dopo d’Edoardo Leo

Prix de l’interprétation féminine : Alba Rohrwacher dans La solitudine dei numeri primi

Prix de l’interprétation masculine : Toni Servillo dans Gorbaciof

Grand Prix du jury : L’uomo che verrà de Giorgio Diritti